Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Création de Jacques Castagné (D.Ronflard)

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 à 11 ans

Discours du Comte de Morny 1856

Portrait du Comte de MornyComte de Morny
Président de l'association de 1855 à 1864

Messieurs

Avant d'appeler les noms de ceux de MM. les horticulteurs qui ont été désignés par le jury comme méritant des récompenses, puisque c'est la première fois que j'ai le plaisir de retrouver réunis tous les membres de la Société, je saisis cette occasion pour les remercier de l'honneur qu'ils m'ont fait en me désignant pour les présider. - Ce qui m'a rendu surtout sensible à ce choix de leur part, c'est le caractère qu'ils ont  bien voulu donner à cette désignation. - Il y avait deux Sociétés d'Horticulture séparées d'intérêts, séparées de relations, par conséquent moins fortes, moins puissantes, moins en état d'atteindre le but qu'eles se proposaient. On a eu l'obligeance de me dire que si j'acceptais la présidence, les deux Sociétés se réuniraient et n'en formeraient plus qu'une seule, que plus que personne je pourrais les mettre d'accord et contribuer par là à la prospérité et au développement d'une industrie aussi intéressante. - Malgré mon incompétence, j'ai été heureux d'accepter cette mission toute conciliatrice, et je me félicite aujiourd'hui d'avoir été sinon la cause, au moins l'occasion d'un rapprochement dont les intérêts profiteront.

Je dois dire aussi que j'ai √©t√© entra√ģn√© par un sentiment que je ne puis me d√©fendre d'exprimer. - L'homme est avant tout ce qu'il est par lui-m√™me, ce que la nature le fait, mais il se modifie aussi selon ses occupations journali√®res ; ses go√Ľts le poussent vers un certain emploi de son esprit et de son intelligence, et puis il s'op√®re une r√©action de l'application de ses go√Ľts sur son esprit et son caract√®re. Eh bien ! je me suis figur√© que le go√Ľt, la passion de l'horticulture exigent des qualit√©s d'esprit et de caracr√®re toutes sp√©ciales. Il faut une grande patience, une grande pers√©v√©rance, des soins minutieux pour obtenir des r√©sultats. - Loin de br√Ľler sa vie, par une activit√© f√©brile, dans des combinaisons compliqu√©es ou par des pr√©occupations politiques, l'horticulteur voit paisiblement pousser ses plantes, m√Ľrir ses fruits, √©panouir ses fleurs; - il surprend les myst√©rieux secrets de la nature au milieu d'une vie paisible et contemplative, et ne demandant quau ciel le succ√®s de ses esp√©rances. - Ses passions, si passion il y a, doivent √™tre calmes et heureuses, et enfin, pour mieux r√©sumer l'id√©e que je m'√©tais faite, il me semblait que les horticulteurs devaient √™tre de bonnes gens, aux habitudes s√©dentaires, √† l'humeur douce et facile. Si je me trompe, Messieurs, vous voudrez bien redresser mon erreur.

Maintenant je dois, au nom de Messieurs les horticulteurs, remercier toutes les dames patronnesses qui ont bien voulu ne pas refuser leur bienveillante protection à la Société nouvelle. Leurs conseils, leur patronage nous seront d'abord très-agréables, et en outre extrêmement utiles ; je leur demande de nous les conserver toujours. Je leur demande cela comme une faveur, mais j'aurais peut-être le droit de leur dire que, pour une femme, protéger les fleurs, c'est presque un devoir.

acheter les actes du colloque Quand les plantes se parlent