Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF
http://www.

Création de Jacques Castagné (D.Ronflard)

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 à 11 ans

Une médaille pour la SNHF

En surfant sur un site Internet réputé, à la recherche de souvenirs horticoles, quelle ne fut pas notre surprise de tomber sur une pépite : une médaille en argent, dédiée par la Ville de Paris à la Société Nationale d'Horticulture de France lors de l'Exposition universelle de 1937 !

Il est plus habituel de croiser des récompenses ou trophées attribués par notre Société à de vaillants horticulteurs, que des témoignages de reconnaissance à son égard. Notre médaille, rapidement négociée, a retrouvé le 84 rue de Grenelle d'où elle n'aurait vraisemblablement jamais dû s'éloigner (mais c'est une autre histoire, celle des déménagements effectués à l'occasion de la construction de l'immeuble actuel et des érosions patrimoniales qui en ont découlé !).

Après un nettoyage raisonnable, cette médaille a pu être lue ainsi :
- l'avers, signé P. M. Dammann, représente, dans le style Art Déco le plus typé, la nef de la Ville de Paris pilotée par la cité portant lumière, accompagnées de la devise "Fluctuat nec mergitur" ;
- le revers allie deux faisceaux de licteurs adossés et deux fleurs de lys dans une juxtaposition qui aujourd'hui étonne. Dans un macaron à l'estampille de Paris, est gravée l'inscription "À la Société Nationale d'Horticulture de France - 1937".

Rappelons-nous : l'exposition internationale de 1937, dédiée aux "arts et techniques dans la vie moderne", fut la dernière Exposition universelle organisée en France. Elle terminait une longue série commencée sous le Second Empire. C'est à la première Exposition, en 1855, que nous devions le Palais de l'Industrie (à l'emplacement du Grand Palais actuel). Ce seront ensuite, en 1867, la présentation du chantier du canal de Suez, les derniers feux de l'Empire et du préfet Haussmann, mais aussi le Jardin Réservé créé par le talentueux Barillet-Deschamps. En 1878, le palais du Trocadéro. En 1889, la Tour Eiffel. Et en 1900, bien sûr, le métro parisien ainsi que la nouvelle gare d'Orléans dite gare d'Orsay, aujourd'hui musée du même nom...

L'exposition de 1937 faillit bien ne pas se réaliser, tant l'Etat et le Front Populaire éprouvaient de difficultés financières ou politiques. C'est finalement la Ville de Paris qui, appuyant le Ministère du Commerce, releva le défi. 1937... le Palais de la Découverte, et surtout, les pavillons de l'URSS et de l'Allemagne nazie qui, dans une posture prémonitoire, se faisaient face. Cependant, l'horticulture était de la fête. Comme en témoigne cet extrait : "Le rôle de l'Horticulture à l'Exposition Internationale de 1937 sera des plus importants. Des jardins et des emplacements nombreux sont prévus sur la rive gauche de la Seine et sur les points principaux de l'Exposition ; un palais doit être construit (*) qui recevra au moins une fois chaque mois, les concours temporaires [...] De plus et pour la première fois, dans la première semaine de juin 1937, les Floralies parisiennes seront installées dans le Grand Palais sur une surface de plus de 10 000 mètres carrés" (Journal de la SNHF, année 1936, p. 108).

Inaugurées le 5 juin par Edmond Labbé, commissaire général de l'Exposition, les Floralies internationales de Paris seront en outre visitées par le Président de la République quelques jours plus tard. La classe 19 (Parcs et Jardins) était présidée par Mme Philippe de Vilmorin et la classe 20 (Horticulture et Arboriculture) par M. F. Cayeux. Des comptes-rendus détaillés nous en seront donnés par M. Lucien Sabourin, par M.Maingot-Thuilleaux, par M. P. Faucher ou encore par M. Maurice Thionnaire (Journal de la SNHF, année 1937, pp. 445-461). Avec notre médaille en argent, nous retrouvons ainsi un peu de la mémoire de notre Société et de l'Horticulture française.

(*) Dans l'enceinte de l'exposition, les Floralies d'automnes occupèrent un pavillon situé sur le quai d'Orsay. Elles terminèrent ainsi les fêtes horticoles si bien commencées au printemps par les Floralies internationales du Grand Palais.

Daniel Lejeune
administrateur chargé des publications
Odile Lejeune
documentaliste-bibliothécaire
Article paru dans Jardins de France
Octobre 2008

acheter les actes du colloque Quand les plantes se parlent