Recherche

Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF
http://www.

Création de Jacques Castagné (D.Ronflard)

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 à 11 ans

L'île verte à Châtenay-Malabry (Hauts de Seine)

Situé à Châtenay-Malabry, le jardin de l'Île Verte est un lieu à la fois magique et sauvage, qui a servi d'écrin à la création des nombreux peintres, musiciens ou poètes qui l'ont fréquenté. Récemment intégrée au Parc de La Vallée-aux-Loups, cette propriété du Conseil Général des Hauts-de-Seine fait l'objet d'une mise en valeur qui ne laisse rien au hasard. Le but ? Retrouver et sublimer l'esprit du lieu...

Une fois passé le portail de fer, le visiteur plonge dans un autre univers. Décidément, ce jardin est bien une île, un paradis dont nous serions les Robinson naufragés le temps d'une visite. Au premier plan, la pièce d'eau sert de miroir à la grande bâtisse construite vers 1822, située en arrière-plan sur une colline. Dès l'entrée, le ton est donné : une harmonie subtile règne entre les éléments architecturaux, bâtisses, allées, aménagements, et la nature elle-même.


Les clés du jardin
« Minéral et végétal sont ici en inter-relation », explique Michel Farris, responsable des collections, qui accueille avec bonheur cette cohabitation entre la mousse et les pavés, entre les plantes grimpantes et les façades des bâtiments, entre plantes sauvages et horticoles. « Les lierres, les rosiers ou les hortensias grimpants ne posent pas de problèmes dans la mesure où ils sont circonscrits aux façades, constate ce passionné de "cultures" des jardins. Il faut seulement les contrôler et les empêcher de se glisser sous les éléments de toiture et sous les gouttières... » Un dialogue entre éléments d'habitation et éléments végétaux, voulu et orchestré par les créateurs et les rénovateurs actuels du jardin.

Un lieu dédié au jardinage
Les allées pavées qui sinuent entre les différentes parties du jardin invitent à la promenade. Pour rejoindre la belle demeure, l'un de ces chemins contourne l'étang et permet de découvrir sur la gauche une vaste parcelle. Clin d'oeil au court de tennis qui s'y trouvait encore récemment, quatre carrés surélevés ont été installés là, entourés de fascines de châtaignier. Des cours pratiques de jardinage écologique y sont dispensés par les jardiniers du conseil général, le vendredi tous les quinze jours. Une allée bordée de rosiers grimpants mène à un bassin planté de nymphéas et autres plantes aquatiques. Une vigne et des cordons de fruitiers rappellent les cultures locales du Val d'Aulnay. Plus haut, des arceaux et une gloriette ont été façonnés en châtaignier, formant une autre allée derrière laquelle est actuellement rénovée une grande serre ancienne adossée au mur d'enceinte. Ce mur est recouvert en été de convolvulus, une spécialité du parc de La Vallée-aux-Loups.

Un air champêtre
La maison est entourée de prairies et de bosquets qui accueillent les plantes sauvages locales, auxquelles s'ajoutent des espèces acclimatées. Les sous-bois ont, par exemple, été plantés de milliers de scilles bleues qui, au printemps, donnent des tapis de nuages pointillistes. Les pentes devant la maison accueillent une prairie de marguerites, riche également en graminées et orchidées sauvages. Le mélange de plantes sauvages et d'espèces cultivées est l'une des caractéristiques remarquables de ce jardin. Elle implique un suivi particulier et une grande subtilité dans l'entretien : le fauchage est préféré à la tonte, les travaux de taille sont limités, et aucun traitement n'est pratiqué... Une recréation artistique de la nature qui prend ici toute sa valeur, à quelques kilomètres de la Capitale.

TELECHARGEZ L'ARTICLE EN PDF

Agnès Guillaumin
Article paru dans Jardins de France

Mai 2008

acheter les actes du colloque Quand les plantes se parlent