Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF
http://www.

Création de Jacques Castagné (D.Ronflard)

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 à 11 ans

Le centre nature de Colombes (Hauts de Seine)

Centre nature de Colombes (Marie de Colombes)Pédagogique avant tout, le Centre Nature de Colombes a conservé l'esprit pionnier des années trente, date de sa création : un « jardin botanique scolaire d'application » comme il en existait dans quelques écoles laïques. Un lieu qui dévoile aujourd'hui aux visiteurs de multiples facettes : écologiques, botaniques, artistiques ou ludiques.

Situé au coeur même de la ville, ce jardin a été créé dans les années trente par Pierre de Salabert, un instituteur aux méthodes pour le moins atypiques et avant-gardistes dont le souffle est loin de s'éteindre. Tour à tour Patronage laïque, puis Jardin botanique d'application et enfin Centre Nature, il a toujours gardé les mêmes valeurs : le respect de la nature et des lieux, la solidarité et la recherche du bien-être pour tous, l'initiation aux arts, aux sciences et à la beauté, par l'observation et la pratique. À l'origine, le jardin s'est présenté comme un lieu de promenade et d'animation, constitué d'une succession d'espaces à thème et doté de nombreux aménagements, bassins, auvents, ateliers, avec une grande diversité biologique et botanique. Comme au Jardin Albert Kahn, la volonté a été de recréer la diversité de milieux écologiques de France : jardin vosgien doté de conifères, jardin aquatique dans un bassin étagé, jardin méditerranéen... un moyen peut-être de faire voyager les enfants qui ne partaient pas en vacances. Des échanges de plantes plus exotiques ont été faits par Pierre de Salabert avec des jardins botaniques du monde entier comme Rio ou Pékin. Le poivrier de Sichuan, mais aussi l'aucuba par exemple, étaient à l'époque de grandes raretés !

Le temps du renouveau
Après le départ de Pierre de Salabert, le jardin est resté quelques années à l'abandon, et c'est un autre instituteur, Alain Spohn, qui lui redonne vie en 1978, en retrouvant par hasard les cahiers de Salabert. Aujourd'hui, une équipe de jardiniers animateurs en environnement assure la vie et l'entretien du lieu. Chaque élève des écoles de Colombes effectue ici au moins une visite au cours de son cursus scolaire. Plus de 2000 enfants sont ainsi accueillis chaque année. Le grand public est également nombreux à assister aux animations. En 2008, 5 600 personnes ont participé à l'une ou l'autre de ses 200 animations. On vient du quartier, de la ville, mais parfois aussi de bien plus loin, car peu de lieux de ce type existent en Île-de-France. Un modèle écologique Le centre, qui dépend du service d'Écologie urbaine de la ville de Colombes, est géré de façon différenciée. Seule l'eau de pluie est utilisée pour l'arrosage et pour alimenter les pièces d'eau. Des mares ont été aménagées pour accueillir grenouilles, tritons, flore et autre faune aquatique. Aucun produit phytosanitaire, engrais ou amendement n'est utilisé, ni même aucun traitement biologique. Tout est fait pour préserver la faune auxiliaire et les oiseaux. L'ensemble des déchets verts est retraité en compostage ou BRF (bois raméal fragmenté). Certains bancs ont été retirés et ont fait place à de confortables rondins.

Un lieu pour tous
Le Centre conserve l'esprit didactique de ses débuts. Chaque plante est soigneusement étiquetée. Des ardoises explicatives, parfois sous forme de jeu, rappellent aux petits et aux grands le cycle de la vie et de la matière, le rôle des animaux, etc. Le jardinage n'est pas en reste : des parcelles nominatives sont attribuées chaque année sur demande à des enfants. D'autres sont cogérées par des petits et des seniors, un rapprochement fructueux ! Des cultures surélevées accessibles en fauteuil ont aussi été installées.

Pour lire la suite, TELECHARGEZ L'ARTICLE EN PDF

Agnès Guillaumin
Article paru dans Jardins de France Mai 2009

 

acheter les actes du colloque Quand les plantes se parlent