Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Création de Jacques Castagné (D.Ronflard)

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 à 11 ans

Versailles, éco-jardinière

La ville de Versailles a depuis 2002 diminué progressivement l’utilisation de produits chimiques pour une gestion durable de ses espaces verts (86,5 Ha).

En 2003, elle a tout d’abord arrêté l’utilisation de fongicides et insecticides sur l’ensemble de ses massifs floraux et arbustifs en adaptant la conception de ceux-ci : choix de plantes résistantes aux maladies, diversification des espèces, acceptation de la mort  de certains végétaux. En  2005, la direction des espaces verts fait le choix d’arrêter définitivement l’utilisation de désherbants chimiques sur l’ensemble des 35 hectares de pelouses accompagnant les voiries et  les parcs et jardins de la ville.

L’ensemble des agents de la direction est accompagné dans cette nouvelle démarche par le service formation. Ils sont appuyés fortement par l’ensemble de leur hiérarchie et des élus. L’arrêté ministériel du 12 septembre 2006, interdit l’accès au public sur les zones traitées entre 6 heures à 48 heures selon la dangerosité du produit. Il conforte ainsi cette volonté politique de stopper l’utilisation de produits chimiques toxiques pour les utilisateurs, riverains et pollueurs des nappes phréatiques. C’est ainsi que l’ensemble des agents de la propreté, en 2006 arrêtent de désherber chimiquement les 230 km de trottoirs.

La ville est donc au Zéro Phyto sur l’ensemble des Parcs,  jardins et voiries à partir de 2006.

Les agents utilisent différentes méthodes telles le retour à l’utilisation de la binette, le maintien des herbes indésirables à de faible hauteur (tonte, débroussaillage, arrachage ponctuel à ma main), prise en compte dès la conception des problématiques de désherbage, engazonnement de zone minérale, désherbage thermique, etc…... En 2009, les 20 hectares de cimetières suivent cette même démarche non sans difficulté.

A Versailles, le patrimoine arboré remarquable  bénéficie d’une politique de gestion durable originale. Jusqu’en 2002, 12 000 arbres étaient systématiquement traités contre les pucerons et acariens .A partir de 2003, des comptages de pucerons auxiliaires et phytophages sont réalisés. Les arbres sont traités uniquement lors de fortes attaques : mais cela reste insatisfaisant. De pièges à phéro-hormone contre les attaques de la Mineuse sur Marronniers sont installés.

En 2007, l’arrêt des traitements chimiques est total et le comptage des insectes auxiliaires et phytophages révèlent que naturellement les populations s’équilibrent. Après 3  années de comptages par un bureau d’étude spécialisé, il n’apparait pas nécessaire d’introduire des insectes auxiliaires supplémentaires.

Cette mutation n’a pu réussir que grâce à une forte communication et une implication d’une équipe de 75 agents des espaces verts  et des 70 agents de la propreté. Ils sont les premiers relais auprès de la population. Une fois convaincus, ils peuvent communiquer cette nouvelle démarche auprès des riverains qui les questionnent régulièrement. Une communication relayée par  la presse locale et le magazine de la ville a permis d’informer les Versaillais. Les communes du département ont également été sensibilisées avec des conférences et des démonstrations d’utilisation de matériel thermique en partenariat avec le Conseil Général des Yvelines et le Comité du bassin hydrographique de la Mauldre et de ses affluents. L’éducation à l’environnement auprès de différents publics a particulièrement été développée à partir de 2004 grâce à  l’embauche d’un éco-jardinier. Cette volonté politique a été renforcée en 2010 avec l’embauche d’un second éco-jardinier : ce sont plus de 20 écoles maternelles et élémentaires qui bénéficient de jardin potager biologique et de séances de jardinage et de sensibilisation à l’environnement.

Quatre crèches profitent également de ces animations pour le plus grand bonheur des enfants de deux ans et de leurs animateurs. Un public de personnes âgées et de personnes handicapées est aussi sensibilisé avec des potagers crées au sein de leurs établissements.

L’ensemble des Versaillais est également informé lors de la manifestation ‘Esprit Jardin’ qui a lieu tous les ans au mois de Mars. C’est pour eux l’occasion de poser leurs questions aux 25 jardiniers de la ville sur le thème omniprésent de la gestion durable des espaces verts.

* AITF : Association des Ingénieurs Territoriaux de France

Cathy Biass-Morin
Directrice des Espaces verts de Versailles (78), animatrice du groupe Espaces verts de l’AITF*
Conférence dans le cadre des journées à thème "Jardins, environnement et santé" Paris 2010