Recherche

Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Création de Jacques Castagné (D.Ronflard)

Nature urbaine à Lyon : 7 projets innovants

« Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux ». Marcel Proust

roseraie. Parc de la Tête d’Or - © D. Boulens

Ce changement d’orientation du regard suggéré par Marcel Proust à propos du voyage semble aussi illustrer une des évolutions actuelles de la pensée de l’urbanisme contemporain. Avec la redécouverte des questions de la densité, du développement soutenable, de nouvelles dimensions de l’urbain apparaissent et deviennent même incontournables. La question de la Nature urbaine en est une, et le paysagiste devient urbaniste.

Contexte
1900 : 10 % de l’humanité vit en ville
2010 : 52 % (+ de 3 milliards)
2050 : probablement 70 %
Le xxe siècle a pour l’essentiel poussé un urbanisme de conquête, plus de villes mais un urbain généralisé, moins de questions de paysages mais plus de questions foncières (mises à part quelques exceptions d’architectes utopistes : Broadacre City*, la ville horizontale de F.L. Wright, la ville contemporaine de Le Corbusier, les villas de Kahn...)

La notion même de ville s’est totalement transformée ces dernières décennies en sortant de son acception de système purement « intra muros » pour être pensée comme agglomération puis ville-territoire. De fait le terme territoire se réfère au rôle déterminant et actif conféré à la géographie et à la vie locale dans les dynamiques de développement, à une période dans laquelle le territoire était considéré comme un support passif, un simple fond inerte, un pur espace euclidien qui participait à la construction des stratégies de développement seulement comme contenant de localisations et de fonctions (Giusti 1990).

Les travaux sur le Grand Paris en sont une démonstration actuelle qui nous concerne directement. Entre les questions liées à la densifi cation du bâti et celles de la gestion des fl ux et des infrastructures, il est à considérer une strate nouvelle faite d’espaces « vides » aux usages multiples (espaces publics), d’espaces « verts » (privés et publics), d’espaces en mutation (friches), d’espaces agricoles, qui forment le liant de cette cité contemporaine. La diversité de la forme urbaine de tous ces éléments, leur domanialité et leurs gouvernances si variées rendent la compréhension et la prise en compte globale de cette réalité difficile. Un concept nouveau semble les réunir, la Nature urbaine.

La Nature urbaine comme paradoxe fondateur

Dans l’actualité de post Kyoto, du sommet de Copenhague, la qualifi cation du paysage urbain devient centrale, c’est une approche de l’urbanisme. Cette ville-territoire actuelle, dont l’emprise spatiale est sans limites, devient donc l’aff aire de tous et impose l’intégration d’une nouvelle constante de régulation et de développement « en interne », qui pourrait s’appeler la Nature urbaine. Ce n’est plus l’espace vert traditionnel que la Nature urbaine signifi e, mais bien l’attention portée aux conséquences de la densification et aux nouveaux besoins et usage de notre cadre de vie. Paradoxalement, c’est le regard porté sur le vivant, les espaces et les paysages qu’évoque ce concept.
La Nature urbaine appartient donc à tous, et embrasse les objectifs suivants :
- Considérer l’espace libre comme un réseau et offrir la libre circulation et continuité, corollaires de la densification.
- Générer des lieux propices à la sociabilité, et à être partagés.
- Défi nir des espaces de liberté pour équilibrer et diversifier la vie urbaine, accepter et chercher à intégrer aussi l’existence de lieux sans programme précis, ou indécis.
- « Climatiser » l’espace urbain par le végétal et le choix des matériaux,
- Optimiser l’investissement, voire faire des économies, y compris dans la gestion dans le temps.
- Garantir la fl exibilité et l’évolutivité des projets.
Il nous faut donc nous positionner avec un autre regard plus global, considérer toutes les échelles en parallèle, et imaginer que notre véritable cadre de vie, c’est l’espace ordinaire. Le réseau des espaces de Nature urbaine devient alors une vraie valeur en soi, paysagère mais aussi un puissant système d’équipement à ciel ouvert.
Son illustration sera développée à travers la description de 7 projets conçus et réalisés à toutes les échelles par Ilex :

Lire la suite (Pdf)

Guerric Péré
Paysagiste urbaniste, entreprise Ilex
Conférences et échanges Jardiner autrement - Lyon, 2 février 2012

 

Acheter la publication...

 

Société Lyonnaise d'Horticulture Lycée Horticole paysage et environnment FranceAgriMer Ecophyto2018 Onema Soufflet vigne