Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF
http://www.

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 à 11 ans

Le dahlia : une plante généreuse

Espaces verts d'Angers (C.Secq)Grâce à son grand volume, le dahlia permet de diminuer les densités de plantations dans les massifs, un argument de poids pour les services espaces verts qui doivent souvent travailler avec des budgets restreints. Cet argument financier est renforcé par le fait qu'il est assez facile de les conserver pour les utiliser dans les fleurissements.

On dénombre environ 10 000 variétés différentes dans le Monde. Classées par groupe selon leur aspect, ces fleurs peuvent revêtir des formes et des coloris innombrables. Les horticulteurs ont entrevu très vite la possibilité de croiser cette plante aux origines toutes américaines mais tellement variées. S'il fallait définir la vie horticole du dahlia d'un seul mot, ce serait celui de "diversité". La taille peut varier de quarante centimètres à quatre mètres pour Dahlia imperialis. Dans le jardin, les variétés les plus courantes limitent leur hauteur à environ un mètre soixante. Les formes sont également très diverses, les fleurs pouvant être simples, doubles, en boule, à fleur de pivoine, etc. Une nouvelle classification a été adoptée en l'an 2000. Quant aux coloris, ils varient du blanc au pourpre en passant par le jaune, le rose, le rouge ou l'orange.

Icare, dahlia simple géant (C.Secq)UNE FLEUR POUR COLLECTIONNEURS
Peu de fleurs ont su, comme le dahlia, susciter la passion des collectionneurs, montrant une telle diversité de formes, de tailles et de couleurs. La création variétale en matière de dahlias est sans doute l'une des plus dynamiques de toute l'horticulture. Elle concerne aussi bien les obtenteurs professionnels que de nombreux amateurs. Une nouvelle variété demande un cycle de cinq à sept ans avant de voir le jour. Au sein de l'entreprise Ernest Turc, par exemple, les croisements dirigés vont porter sur 8 000 semis au cours d'une année. En seront sélectionnés environ 150 sujets intéressants. En année 2, ils ne seront plus qu'une cinquantaine, la troisième année une quinzaine.
La période suivante ne gardera qu'une à cinq nouvelles variétés, les meilleures. Elles pourront alors être commercialisées lorsque leur production sera suffisante. Chaque année le catalogue s'enrichit ainsi de nouveautés, leur nombre compensé par un retrait équivalent de variétés plus anciennes pour conserver une offre semblable en quantité. La multiplication bénéficie des techniques les plus modernes. Elle se fait par bouturage de pieds-mères, avec une régénération variétale in vitro en laboratoire. Cette méthode assure la continuité variétale et la qualité sanitaire des tubercules. L'amateur peut, lui, diviser des bulbes pour agrandir sa collection mais il fragilise la plante et risque de multiplier virus et maladies.

LES NOUVEAUX CRITERES DE SELECTION
Les critères de sélection des nouveaux cultivars concernent l'obtention de pétales plus fermes, de tiges plus résistantes au vent et qui n'ont plus besoin d'être tuteurées, de couleurs plus vives, d'une meilleure résistance des fleurs à la pluie. La recherche s'oriente également vers des plantes autonettoyantes, dont les nouvelles fleurs cachent bien celles qui sont fanées ou dont ces dernières tombent d'elles-mêmes, sans intervention humaine. La recherche d'un beau feuillage est également un critère de plus en plus pris en compte.

Pour lire la suite, TELECHARGEZ L'ARTICLE EN PDF

acheter les actes du colloque Quand les plantes se parlent