Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF
http://www.

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 à 11 ans

Monographie du dahlia par Le Texnier. 1908


Gravure de dalia par Désiré BoisMonographie publiée à PARIS en 1908 par la revue "Le Petit Jardin" dans la rubrique "Histoire de nos plantes cultivées, puis en 1909 par la Librairie Horticole 84 bis, rue de Grenelle, dans le cadre d'une série de fascicules intitulés "Essais sur l'Histoire de Quelques Fleurs d'Ornement"
Texte sélectionné et relu par Daniel LEJEUNE, Ingénieur Horticole

I. Origine et introduction du Dahlia.
Les Dahlias sont originaires du Mexique ; ils furent remarqués par deux voyageurs qui explorèrent ce pays, d'abord par Francisco Hernandez, médecin espagnol qui se rendit au Mexique sur l'ordre de Philippe II, pour en rechercher les productions naturelles ; le résultat de ce voyage fut publié en 1615 par Fr. Ximénès, dans un ouvrage intitulé Histoire des plantes et des animaux de la N11e Espagne, où le Dahlia est décrit sous son nom mexicain de Acocolli, et en 1651, il est figuré sous le même nom dans le livre Nova Plantarum Animalium, Mineralium mexicanorum historia, publié à Rome, par des membres de l'Académie des Lincei et composé avec les matériaux réunis par Hernandez.
Ensuite, en 1787, Thierry de Ménonville, que le gouvernement français avait envoyé au Mexique pour se procurer la Cochenille ainsi que le Nopal qui la nourrit, remarqua dans un jardin à Guaxaca, une plante à grosses tiges portant des feuilles de sureau et des fleurs larges comme des fleurs d'Aster et qui n'était qu'un Dahlia à fleurs simples.
Deux ans après, en 1789, le Dahlia passa des jardins du Mexique, où il présentait déjà plusieurs variétés, dans ceux de l'Europe, par l'entremise de Vincent Cervantès, qui venait d'être nommé professeur au jardin botanique de Mexico, et aussitôt son arrivée dans cette ville, envoya des graines à son ancien maître, l'abbé Cavanilles, directeur du jardin royal de Madrid. Les plantes qui provinrent de ces graines fleurirent en 1790 et l'année suivante, Cavanilles en décrivit une espèce sous le nom de Dahlia pinnata, la dédiant à André Dahl, botaniste suédois, auteur d'un travail sur le système linnéen ; c'était une plante qui pouvait dépasser 1 m 35 de hauteur, à feuillage vert foncé, donnant à la fin d'octobre et en novembre des fleurs d'environ 0,08 de diamètre, formées de plusieurs rangs de ligules pourpre violacé disposées autour d'un disque jaune.
En 1794, Cavanilles décrivit deux nouvelles formes : le Dahlia rosea, plante touffue dépassant 2 mètres de hauteur, à feuillage vert gai, produisant d'août à octobre des fleurs ayant une seule rangée d'environ huit ligules rouge pâle et le Dahlia coccinea, d'environ un mètre de haut, à port rameaux, grêle, à feuillage vert luisant et montrant de septembre à octobre des fleurs de 0,05 de diamètre avec un seul rang de ligules rouge orange. Pendant leur voyage dans l'Amérique méridionale, Humboldt et Bonpland trouvèrent en 1803 le Dahlia à l'état sauvage, à une altitude de 1650 à 1700 mètres, entre Ario et Pazcuaro, à l'est du volcan de Jorullo, sur le versant du plateau qui regarde l'Océan Pacifique. Au rapport de Humboldt, la plante avait de 0,12 à 0,15 de hauteur, portait des fleurs de 0,025 de diamètre à disque jaune et à ligules violacées ainsi que des graines que ces voyageurs récoltèrent et envoyèrent en Europe.

Pour lire la suite, TELECHARGEZ L'ARTICLE EN PDF

acheter les actes du colloque Quand les plantes se parlent