Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF
http://www.

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 à 11 ans

Le dahlia, une plante moderne

Variété Stolze de Jeanne de LavalSi cette plante de "grand-mère" a connu une baisse de popularité il y a une vingtaine d'années, elle a retrouvé tout son intérêt auprès des nouveaux jardiniers qui l'apprécient pour ses qualités modernes.

Beaucoup de chemin a été parcouru par le dahlia depuis son introduction en France au début du XIXe siècle. Baptisé en l'honneur du botaniste suédois Andreas Dahl, d'où lui vient son orthographe, il fut d'abord présenté comme un légume-racine consommé par les indigènes d'Amérique. Mais son goût particulièrement âcre l'a cantonné à l'alimentation animale avant que ses qualités ornementales ne soient reconnues. Depuis, il n'a cessé d'évoluer, de nouvelles variétés voyant le jour année après année. Ses nombreuses qualités en font un végétal moderne qui attire de plus en plus d'amateurs et de professionnels. Peu de fleurs ont su, comme le dahlia, susciter la passion des collectionneurs,
montrant une telle diversité de formes, de tailles et de couleurs.

Une plante pleine de qualités
En ces temps où le développement durable est devenu incontournable, le dahlia présente un intérêt indéniable. C'est une plante économique, facile à vivre. Elle ne coûte pas cher à l'achat, le prix d'un bulbe de variété classique se situant entre 3 et 5 euros. Sa production florale est toujours importante, de plusieurs dizaines à, quelquefois, plusieurs centaines de fleurs, notamment pour les variétés naines qui excellent en massifs et bordures. Elle ne demande que très peu d'entretien au jardin, ayant simplement, pour les plus grands sujets, besoin d'être tuteurée. Elle se plaît dans presque tous les sols, à l'exception de ceux trop chargés en calcaire, préfère les terres fertiles et est adepte du plein soleil pour mieux s'épanouir. Elle ne demande pas de fréquents arrosages et accepte de souffrir de temps en temps. Il est préférable de lui apporter une fois par semaine une bonne quantité d'eau que de l'alimenter avec un goutte à-goutte permanent. Il y a beaucoup de lieux où il est possible de laisser les tubercules en place, dans les massifs qui ne demandent pas un bêchage complet. Il faut seulement prendre soin de les protéger du froid avec un bon paillage, en évitant trop d'humidité. C'est une plante aux multiples usages qui trouve sa place partout, au jardin comme à l'intérieur des maisons. Les plus grandes plantes structurantes sont appréciées pour leur caractère architectural, elles donnent une profondeur aux massifs floraux. Les variétés de taille moyenne, dahlias décoratifs, pompons, sont du meilleur effet en massifs ou en plates-bandes. Les plus petites composent de belles jardinières ou des pots et de nombreuses variétés forment de beaux bouquets colorés, notamment les dahlias cactus aux longues tiges. Les services espaces verts des villes et villages les ont intégrés dans leurs programmes de fleurissement en jouant sur la diversité de tailles et de coloris.

Une plante généreuse
Les dahlias permettent de nombreuses associations. Ils se marient bien avec d'autres bulbes comme les cannas au feuillage vert ou sombre, à condition de choisir des variétés de dahlias de faible hauteur pour éviter une concurrence de taille. La plupart des plantes annuelles ou vivaces forment de bons mariages avec eux. C'est le cas par exemple pour le cinéraire maritime dans des bordures où son feuillage satiné et blanchâtre met en valeur les couleurs vives de certaines variétés de dahlias. Les nains ou demi-nains se montreront quant à eux en harmonie avec les grappes rouges des sauges, les nombreux coloris des mufliers ou les fleurs bleues des Nepeta mussinii... La période de floraison est longue puisqu'elle va de fin juin, selon les régions, aux premières gelées, en octobre. Avant d'être spectaculaire pour sa floraison, les dahlias offrent déjà de l'intérêt grâce à leur abondant feuillage, très diversifié lui aussi selon les variétés.

Pour lire la suite, téléchargez l'article en PDF

Marie-Hélène Loaëc
Jardins de France Avril 2008

Cet article vous a plu ?
Pour vous abonner à la revue, cliquez-ici

acheter les actes du colloque Quand les plantes se parlent