Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 à 11 ans

Le dahlia en ville

massif de dahlias au Grand Blottereau à Nantes (C.Secq)On le surnommait fleur des grands-mères, en le confinant aux potagers et jardins de curé. Voilà que le dahlia s’émancipe et s’invite en ville en rêvant de devenir la plante préférée des citadins.

Émancipé
Il est bien fini le temps où les dahlias ne devaient leur tenue qu’à une armée de piquets disgracieux, les reléguant au fond du jardin, comme les mauvais élèves de la classe. Aujourd’hui, ils ont gagné en rondeur, en légèreté et s’affranchissent petit à petit de leurs tuteurs. À Beauvais, les jardiniers de la ville ont été formés au tressage et utilisent astucieusement leurs structures en osier pour maintenir les plus grands dahlias.

De plus en plus sobre
Gourmands les dahlias ? Pas si sûr. Si au démarrage, ils demandent plus d’eau que d’autres plantes, une fois installés, ils n’exigent rien de plus que leurs congénères de même taille. Les espaces verts de villes ayant tendance désormais à laisser les tubercules en place plusieurs années (trois ans), ils n’ont à surveiller la reprise qu’une année sur trois. Peu exigeant au regard de sa générosité, le dahlia est une plante tranquille, surtout si on la paille bien. Le paillis de racines de lin remplace avantageusement la paillette, évitant ainsi la repousse de graines dans les massifs.

Pas si frileux
Une bonne couche de feuilles pour passer l’hiver, c’est l’expérience tentée avec succès par les espaces verts de Pontoise pour qui, l’hiver dernier pourtant rigoureux n’a causé aucune perte. Évidemment, avec une terre lourde qui ressuie mal, les risques sont plus grands. Autre astuce : pour protéger leurs dahlias du froid, les jardiniers de Beauvais les associent avec des graminées qu’ils laissent se coucher sur les dahlias rabattus, leur offrant ainsi une seconde protection pour l’hiver.

Bon à marier
Certains producteurs proposent aux villes des associations toutes faites de dahlias avec des vivaces et graminées qui apportent légèreté et nervosité au massif. Cela donne des plates-bandes très colorées et longtemps fleuries. Livrés en pot, ils permettent un démarrage plus rapide : un avantage appréciable par rapport au développement des adventices et à l’impact esthétique.

Innovant
De nouvelles variétés innovantes comme ‘Honka’, aux fleurs ressemblant à une étoile, apportent un réel regain d’intérêt.

massif de dahlias à Villandry (C.Secq)Populaire
Quoi qu’on en dise, le dahlia bénéficie d’une image bienveillante de la part du public. C’est une fleur populaire, simple et généreuse. La ville de Pontoise en a fait l’agréable constatation en plantant en dahlias un square un peu délaissé et situé dans un quartier défavorisé. Investie en permanence par des enfants, la plantation n’a subi aucun dommage. Des habitants ont demandé l’autorisation de prélever quelques bouquets, s’appropriant ainsi encore un peu plus le lieu.

Eco-recommandable
Peu exigeant et de moins en moins sensible aux maladies et virus (grâce à la sélection de variétés plus résistantes), le dahlia est un bon élève écologique. Par rapport au chrysanthème, son voisin de classe pour la date de floraison, le dahlia recueille la préférence des professionnels soucieux d’environnement. Si des mois de culture peuvent être réduits à néant par une nuit trop froide pour le chrysanthème, le risque n’est pas du tout comparable pour le dahlia, bien plus résistant. Cela compte !

Belle comme une poulette
Demain, les jardiniers devraient pouvoir s’offrir de beaux dahlias Label Rouge, avec la même garantie de satisfaction que lorsqu’ils achètent un poulet labellisé. Des professionnels, soutenus par la SNHF et la Société Française du Dahlia, se sont regroupés (sous l’appellation « Excellence végétale ») pour mettre en place des règles de culture, de récolte et de conditionnement draconiennes qui leur permettront de bénéficier de cette reconnaissance pour les variétés les plus méritantes. À quand une démarche similaire sur le rosier ou l’orchidée ?

Nombreux sont ceux qui pensent que le dahlia a bien trop de qualités pour en rester là. Les nouvelles préoccupations économiques et environnementales, alliées à l’imagination des jardiniers de ville devraient lui redonner une place de roi dans une cité multicolore.

Portrait de C.Secq (S.Jegat)Catherine Secq
Jardins de France novembre 2009

Téléchargez l'article en PDF...