Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF
http://www.

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 à 11 ans

Les fougères pour un jardin naturel

Fougère sp (D.Lejeune)L’utilisation ornementale des fougères est à bien des égards très avantageuse, et pourtant, encore tellement moins répandue que celle des graminées ! Comme ces dernières, plus familières, elles sont dans la pure tradition du jardin naturel élaboré au Royaume Uni, depuis le XIXe siècle. Voici une synthèse sur le potentiel des fougères disponibles en jardineries ou chez les spécialistes présents aux fêtes des plantes. Ces éléments vous seront utiles pour réussir l’adoption de ce groupe botanique, qui vous réjouira de nouveauté et de beauté.

Les fougères constituent vraiment un monde à part. Leur présence à la surface de la Terre est attestée par des fossiles datés de 400 à 370… millions d’années. Autant dire qu’elles ont pu s’adapter à tous les climats, tous les sols, tous les continents. La diversité géographique vaudra ici d’être rappelée pour l’exotisme et pour la recherche des meilleures conditions de culture. Dans le domaine des fougères, vous n’aurez que très rarement la possibilité d’employer des noms simples comme c’est le cas pour les plantes à fleurs. Les noms botaniques sont les seuls disponibles pour ces végétaux dit inférieurs (cryptogames), sans fleur, mais développant un système vasculaire. Elles appartiennent à l’une des quatre divisions du groupe des Ptéridophytes : les Polypodiophytes. Nous ne nous intéresserons qu’à deux des six ordres qui la composent : les Osmondales et les Filicales. Dans la variété des sélections disponibles, voici la description des principaux besoins des fougères ainsi que quelques-uns des usages que nous vous recommandons.

Qualités ornementales, mode d’emploi
Le port bas est préférable pour les bordures, les rocailles ou les petits conteneurs. Les plantes concernées sont à choisir parmi Athyrium niponicum, Blechnum spicant, Cheilanthes lanata, Cystopteris fragilis, Gymnocarpium dryopteris, Polypodium cambricum, Polypodium interjectum, Polypodium vulgare, Woodsia fragilis, Woodsia polystichoides et, là où les hivers sont doux, Polystichum tsus-simense ou Rumohra adiantiformis. Le port en éventail diaphane concerne Adiantum avec, pour les climats frais, Adiantum aleuticum, Adiantum pedatum, Adiantum venustum, Adiantum japonicum que vous utiliserez en pleine terre, en ombre humide de sous-bois ou de rive, par exemple pour adoucir le tracé d’une allée. Le port élevé en rosette donne aux fougères un usage identique à celui des graminées élevées, avec l’apport d’un graphisme plus exotique, mais avec moins de transparence. Ce port est utile pour ponctuer une mixed-border, dont l’avant-plan composé de plantes basses préservera l’effet de jaillissement donné par les gerbes des frondes d’Athyrium filix-femina, Dryopteris affinis, Dryopteris carthusiana, Dryopteris dilatata, Dryopteris filix-mas, Dryopteris goldiana, Dryopteris wallichiana, Matteuccia struthiopteris, Osmunda cinnamomea. Pour les jardins sans gel conviendra aussi Woodwardia fimbriata. Les fougères de grande taille sont : Osmunda claytoniana, Osmunda regalis et Osmunda regalis ‘Purpurascens’ ou encore ‘Undulata’, avec leurs frondes majestueuses à réserver aux larges espaces humides, notamment pour structurer une vue sur un plan d’eau. Ou, dans un moins grand jardin, comme simple “objet” de curiosité offrant à l’observateur la surprise d’un étonnant développement juvénile, de nuance et de forme, spectacle renouvelé chez Osmunda avec l’apparition de fascinantes frondes fertiles. En climat doux, une autre fougère est impressionnante, en sousbois de conifère, sur un sol humide : Woodwardia fimbriata, dont les frondes peuvent atteindre 1,5 m de long, et plus si la plante trouve son aise dans votre jardin. Par ailleurs, retenez bien qu’en dehors de Dicksonia antarctica, rustique jusqu’à –10 °C, les très grandes fougères arborescentes sont à réserver aux climats sans gel, à placer à mi-ombre. Vous avez le choix de l’exotisme avec Cyathea cooperi, Cyathea dealbata, Cyathea medullaris, Cyathea smithii, Dicksonia fibrosa, Dicksonia squarrosa. Certaines fougères vous réservent la surprise de leurs frondes colorées, et elles ne sont pas rares. Vous pourrez employer, comme indiqué plus loin, le rouge orangé de Dryopteris erythrosora, ou encore le vert ombré souligné de rouge vif, de mauve et d’argent d’Athyrium niponicum ‘Pictum’ et de ses variétés horticoles.

portrait de Frédéric Pernel (C.Secq)Frédéric Pernel
Président de la section Art des jardins de la SNHF
Article paru dans Jardins de France 2009
 

Pour télécharger l'article complet, connectez-vous

Lire la suite...

 

 

acheter les actes du colloque Quand les plantes se parlent

Sur le même sujet :