Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 à 11 ans

Morelle de Balbis

 Une vieille nouveauté : la Morelle de Balbis

Alors que la Jusquiame ou le Datura produisent des fruits secs (tribu des Hyoscyamées), la Morelle de Balbis appartient, tout comme la Tomate, l'Aubergine, la Pomme de terre, les Coquerets ou la Belladone, à un important groupe de Solanacées portant des baies.

La Morelle de Balbis (Solanum balbisii Dun.) est souvent connue sous le nom de Morelle à feuille de Sisymbrium (Solanum sisymbriifolium Lamk.).

Il s'agit d'une espèce sud-américaine, superbe et redoutable. En effet, son feuillage, très original et très ornemental lui a valu de participer aux massifs floraux d'été que Barillet-Deschamps et ses collaborateurs expérimentèrent dans le nouveau parc Monceau.

 Malheureusement, rares sont les plantes horticoles aussi effroyablement armées. les tiges, la marge des feuilles, leurs nervures sont hérissées sur les deux faces de superbes et douloureuses épines jaunes !

Pailleux et Bois, dans le Potager d'un curieux, citent cette espèce dont les baies rouges de la grosseur d'un bon bigarreau, sont comestibles sans plus et tellement difficiles à récolter.

 Moyennant quelques précautions, la Morelle de Balbis, qui peut dépasser un bon mètre de hauteur en culture, est une ressource originale pour le fleurissement estival à grand effet, comme le mentionnaient déjà Edouard André en 1866 (Rothschild, les plantes à feuillage ornemental) ou son ami Léonce de Lambertye la même année (Goin, les plantes à feuilles ornementales)

Les Vilmorins citèrent toujours cette espèce dans les éditions successives de leur célèbre ouvrage "Les fleurs de pleine terre".

La production est facile et les performances remarquables en terre riche. A ne cultiver qu'avec des gants !

Daniel Lejeune
ex-directeur de l'écologie et de l'environnement
de la ville de Bourges