Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 à 11 ans

A la recherche des orchidées bleues

Bollea coelestis (dessin P Gobin)Vaste chez les orchidées botaniques, la palette de couleurs l’est encore plus pour leurs hybrides. Mais ici comme ailleurs, une couleur reste cependant peu représentée : le bleu. Quelles sont donc celles qui pourraient prétendre au statut d’orchidée bleue ?

Quelques considérations à propos de certains hybrides montreront que l’homme essaye toujours d’intervenir sur la nature pour exprimer des caractéristiques inédites. Et des éléments de réponse essaieront de faire la lumière sur l’origine de la couleur chez les orchidées.


Galerie de portraits
Voici quelques plantes dont les fleurs ont comme couleur unique le bleu ou qui ont, entre autres couleurs, cette dominante. Cette liste, loin d’être exhaustive, présente l’essentiel de ce qui peut se trouver parmi divers genres d’orchidées.
• La première plante à attirer le regard par ses fleurs bleues est Zygopetalum mackaii. Elle présente un large labelle blanc veiné de bleu violacé qui contraste nettement sur les autres pièces au fond vert barré d’épaisses taches brunes ou presque totalement brunes. Voici une première candidate dans ce défilé qui a beaucoup d’attraits mais à qui on ne peut pas encore attribuer la qualité d’orchidée « bleue ».
Phalaenopsis bellina nous dit franchement ce qu’il en est. En effet, une riche couleur violette teinte le centre et le bas de cette fleur remarquable. Là encore, pour certaines plantes, on approche de la couleur rare et recherchée mais le compte n’y est pas ! Par contre, P. bellina var. coerulea présente des arguments plus sérieux qui seront à nouveau évoqués ci-dessous avec les croisements de botaniques et les recherches sur les hybrides.
Acacallis cyanea a des sépales et des pétales teintés de bleu-mauve sur leur surface externe et, à l’intérieur, un bleu plus clair devenant plus foncé aux extrémités. Le labelle peut se teinter de bleu ou bleu-violet mêlé de stries longitudinales jaunes.
Cattleya lueddemanniana var. coerulea est un cattleya bleu botanique. On comprend mieux les recherches des producteurs pour obtenir des fleurs bleues, car le vrai bleu manque cruellement dans ce genre qui présente par ailleurs tant de couleurs et de tons magnifiques.
Rhynchostylis coelestis, aux fleurs très nombreuses, d’un blanc bleuté aux extrémités des pièces florales et d’un bleu soutenu sur la majeure partie du labelle, exhale un parfum épicé.
Bollea coelestis offre de grandes fleurs d’un bleu très légèrement teinté de violet.
Doritis pulcherrima var. coerulea présente une couleur bleue de bon aloi.
• Le genre Disa est originaire d’Afrique du Sud et recèle plusieurs espèces  plus ou moins bleues. D. longicornu propose un bleu clair et net sur toutes ses pièces florales. D. purpurascens décline plusieurs tons : du bleu clair veiné de bleu foncé pour son casque jusqu’au bleu roi pour le labelle. Mais seul D. graminifolia, rare et strictement protégé, est authentiquement bleu. Sa culture est malheureusement excessivement délicate.
Dendrobium victoria reginae se pare de petites touffes de fleurs fasciculées. Le blanc du centre de la fleur met en valeur le bleu (parfois soutenu) des pièces florales, à l’exception des pointes qui restent blanches.
Caladenia caerulea, orchidée terrestre d’Australie, porte des fleurs dont la couleur bleue peut aller du bleu pâle au bleu éclatant. Celles de Caladenia deformis sont bleues et son labelle est orné d’un callus bleu-violet foncé. Ces deux espèces ont l’avantage de pouvoir être cultivées.
Thelymitra, autre genre terrestre d’Australie, est un genre exemplaire car, à l’inverse des autres, le bleu y est quasiment la norme. Une vingtaine d’espèces présente toute une palette de bleus. T. crinita y est d’un bleu éclatant. Ces orchidées se distinguent également par leurs labelles peu différenciés, par la forme et les couleurs très particulières de leurs colonnes. Ce genre, peu connu sous nos latitudes, est de culture délicate.
• Mais dans l’esprit du public, la gagnante de cette course, l’Orchidée bleue est incontestablement Vanda coerulea. Les raisons en sont évidentes ! Non seulement cette plante produit des fleurs plates d’un magnifique et authentique bleu, mais elle le fait avec des fleurs de grandes dimensions : de six à quinze fleurs mesurant jusqu’à dix centimètres de large. Leur aspect tesselé en rehausse encore la beauté. Il est cependant recommandé d’acheter cette plante en fleur car il existe d’importantes variations dans leur tonalité. Attention à ne pas la confondre avec Vanda coerulescens aux fleurs beaucoup plus petites et dont les sépales et les pétales sont de bleu pâle à lilas pâle avec un labelle plus foncé.

Lire la suite...

Pierre Gobin (texte, photos et dessins)
Cet article est paru dans Orchidées Culture et Protection n° 74 (juin 2008), revue trimestrielle éditée par l’Association Française Culture et Protection des Orchidées, puis adapté pour Jardins de France en 2009.