Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF
http://www.

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 à 11 ans

Savoir planter et entretenir ses rosiers

Rosier Rush (C.Secq)Voici un rappel des conditions idéales à respecter pour se garantir les meilleures chances de succès, au moment de la plantation de ses rosiers, et de leur entretien au cours de l'année. Bien entendu, une certaine liberté peut être prise par rapport à ces règles... sans compromettre - mais en réduisant certainement - la réussite de votre décor.

Préparation du sol
Il est important de défoncer le sol sur l'emplacement du futur massif de rosiers. Il faudra le bêcher à deux fers de bêche, soit au minimum 60 cm de profondeur. Pour une plantation automnale, c'est-à-dire octobre/décembre, retournez la terre dès juillet/août de façon que le sol, profondément remué, ait le temps de se tasser et de retrouver sa structure et son niveau normal. Lors du bêchage, éliminez les mauvaises herbes et surtout leurs racines (orties, chiendent, liseron) ou autres (arbres, arbustes) se trouvant dans le périmètre de la plantation. Pour une plantation au printemps, prévoyez les mêmes travaux dès l'automne : la neige, la pluie, le gel faciliteront naturellement la remise en place et le niveau de la terre par rapport au sol environnant. Si l'on désire replanter sur un massif où il y a eu déjà eu des rosiers précédemment, il faut impérativement changer la terre sur une profondeur de 80 cm. On peut profiter de ce travail pour enfouir - si toutefois on a la possibilité de s'en procurer - du fumier, ou utiliser de la fumure en sac.

Plantation proprement dite
Avant toute chose, assurez-vous que les rosiers sont de bonne qualité et qu'ils ont voyagé dans de bonnes conditions s'ils ont été achetés par correspondance. En cas de réception par temps de gel, n'ouvrez pas le colis mais laissez-le quelques jours dans un local tempéré. Dès que la situation sera redevenue normale, procédez à la plantation ou mettez les rosiers en jauge. Le sol ayant été préparé comme nous venons de l'indiquer, il reste à parer les rosiers. C'est une opération extrêmement simple qu'en terme de métier on appelle "habillage". Elle a pour but de rafraîchir l'extrémité des racines, qui sont souvent brisées ou desséchées. Cette opération effectuée, il est bon d'immerger les racines dans une bouillie de "pralinage". Elle est composée traditionnellement d'argile délayée dans l'eau, additionnée de bouse de vache ou autre fumier. Cette épaisse bouillie adhère aux racines et facilite l'émission des radicelles. Cette opération ne concerne pas les rosiers achetés en conteneurs ou motte prête à planter, mais uniquement les rosiers à racines nues ou en pochette. Les rosiers plantés au printemps devront être taillés préalablement à deux ou trois yeux. Il n'y a pas de précautions particulières à prendre, si ce n'est que chaque trou doit être assez profond pour que les racines puissent être disposées dans leur position naturelle. Le collet ou point de greffe doit être légèrement enterré. Remplissez ensuite et procédez à l'arrosage au goulot pour évacuer toute poche d'air. Recouvrez soigneusement le rosier en formant une butte de terre, sur toute la partie aérienne des rameaux conservés. Cela évite le dessèchement et protège des gelées tardives.


Pour lire la suite, TELECHARGEZ L'ARTICLE EN PDF

Claude JourdanClaude Jourdan
Membre de la section roses de la SNHF
Article paru
dans Jardins de France
dossier spécial roses. Mai 2007

 

acheter les actes du colloque Quand les plantes se parlent