Recherche

Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Agapanthus 'Blue Heaven' (La plante du mois)

Les sols en Nord-Pas de Calais

Figure 1. Géologie simplifiée du Nord - Pas-de-Calais (Fourrier et Douay, 2008)

En tant que ressource non renouvelable, les sols sont menacés par différents types de dégradation liés aux activités humaines. La Commission européenne (2002, 2006) a identifié les principales menaces pesant sur les sols européens : érosion, diminution de la biodiversité et des teneurs en matières organiques, contamination, imperméabilisation, tassement, salinisation, inondations et glissements de terrain. La Commission a souligné la nécessité de protéger les sols de toutes ces menaces afin de garantir durablement leur utilisation, tout en préservant leurs fonctions essentielles et en restaurant les sols dégradés. Au regard des pressions anthropiques (industrielles, urbaines et agricoles), l’exposition des sols de la région Nord-Pas-de-Calais aux dégradations physiques, chimiques et biologiques est indéniable. La mise en place de mesures de protection nécessite de mieux connaître leurs caractéristiques, leur fonctionnement et leur distribution spatiale.

Physiographie et pédogénèse

Une des spécificités de la région réside dans la différenciation de deux ensembles morphologiques majeurs que sont, au sud, le Haut-Pays avec des altitudes générales comprises entre 80 et 200 m, et au nord, le Bas-Pays avec des altitudes inférieures à 80 m (Figure 1). Les sols sont issus de différentes formations sédimentaires dont les phases de dépôt se sont échelonnées de l’ère primaire à la période quaternaire. Le Haut-Pays se caractérise par des formations du primaire et du secondaire qui se différencient par leur nature et leur compacité. Certaines sont massives et très dures (calcaires jurassiques du Boulonnais, schistes dévoniens de la Thiérache), d’autres sont cohérentes et fragmentées (craie et craie marneuse du crétacé dans
le Haut-Pays). Des formations argileuses et sableuses sont aussi observées. Elles sont datées du jurassique dans le Boulonnais et de l’ère tertiaire dans le nord de l’Artois et du Cambrésis. Dans le Bas-Pays, les formations sédimentaires sont largement dominées par l’argile des Flandres et secondairement par les sables du Landénien.

Les formations géologiques sont fréquemment recouvertes par une couverture assez continue de dépôts meubles ou faiblement consolidés datés du quaternaire et dont les épaisseurs varient de quelques décimètres à plusieurs mètres. Ils ont été mis en place par le vent (dépôts loessiques) ou par l’eau (alluvions fluviatiles des vallées et alluvions marines des plaines littorales). Certains de ces dépôts résultent de processus de rema-niement de matériaux par ruissellement sur pente, et ce sur de courtes distances (colluvions des bas de pente et vallons).

Les sols issus des dépôts loessiques couvrent largement la région. La texture de ces loess est essentiellement limoneuse dans le Haut-Pays et pour partie dans le Bas-Pays. Ainsi, dans le Bas-Pays, et particulièrement au nord de la Flandre, à l’est de la plaine de la Lys et dans la plaine de la Scarpe, les loess présentent des textures limono-sableuses à sablo-limoneuses. Ceci s’explique par la position charnière qu’occupe la région Nord - Pas-de-Calais entre la zone des limons loessiques du Bassin parisien et la zone des sables de couverture de Belgique (Paepe et Sommé, 1970).

Lire la suite...

Dr Hervé Fourrier (ainsi que Sébastien Détriché & Francis Douay)
enseignant-chercheur, Groupe ISA Lille
Conférence dans le cadre de la journée à thème de Lomme-Lille 2013

Voir la publication