Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF
http://www.

Agapanthus 'Blue Heaven' (La plante du mois)

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 à 11 ans

Jardins et amélioration du cadre de vie

Photo de rue décorée de végétauxLa présence de jardins et d'aménagement paysager privé augmente la valeur de l'immobilier ainsi que la proximité d'espaces verts publics. La présence d'espaces verts rend plus attractives les villes, à la fois en terme de fréquentation touristique mais aussi en terme d'implantation de commerces et d'industries.


LA VALEUR DE LA PROPRIÉTÉ

Les espaces verts publics
La nature en ville augmente la valeur de la propriété (P. Hawken et coll., 1999; S. W. Peck, 1999). En effet, les habitants sont prêts à payer pour les avantages d'une nature avoisinante, qu'ils considèrent comme offrant des avantages récréatifs, une protection contre les regards indiscrets et une meilleure valeur esthétique.

Une étude menée par Helfand et al. en 2006 a démontré que les gens étaient prêts à investir plus pour bénéficier d'espaces verts bien aménagés et entretenus.

Des études, principalement aux Etats-Unis établissent des liens entre la nature avoisinante et la valeur foncière. Ils concernent surtout la valeur des arbres ou des parcs adjacents aux bâtiments.
- A. Selia et L. Anderson (1982) ont estimé que le prix de vente moyen des maisons construites sur des terrains boisés à Atlanta était supérieur de 7% à celle de maisons comparables bâties sur des terrains sans arbres.
- À Columbus en Ohio, les propriétés situées en face d'un parc paysagé sont vendues en moyenne à un prix supérieur de 1 130 $US (environ 770 €, en 1973) à celui de bâtiments semblables situés un peu plus loin (J. Weicher et R. Zerbst, 1973).
- T. A. More et coll. (1988) ont constaté que le prix de vente d'une maison se trouvant à environ 6 m d'un parc sera supérieur de 2 675 $US (2 450€) à celui d'une maison située 60 m plus loin. Ils affirment également que les parcs paysagés contribuent davantage à la valeur de la propriété que les parcs voués à des activités récréatives intensives (ibid.).
- Selon une étude sur Boulder au Colorado, la valeur d'une maison diminuait de 4,20 $US (2,9€) pour chaque pied (30 cm) la séparant d'un espace vert (M. Corrill et coll., 1978). (soit l'équivalent de 10€ par mètre)
Remarque : Les montants qui paraissent dérisoires comparés aux prix de vente actuels de l'immobilier doivent être resitués dans le contexte des prix des années 70/80.

T. A. More et coll (1988) concluent aussi que les parcs paysagers contribuent davantage à la valeur de la propriété que les parcs voués à des activités récréatives.

Les jardins privés
Des Rosiers et al. en 2002 ont étudié les conditions des ventes de 760 pavillons résidentiels vendus entre 1993 et 2000 au Québec. Leur étude se concentrait sur les caractéristiques des maisons, de leur environnement immédiat et du voisinage visible depuis la propriété. Leurs résultats montrent la relation entre le paysage et la valeur de la propriété :
- des arbres situés entre une propriété et son voisinage immédiat augmentent la valeur de la maison,
- plus la surface végétalisée est élevée (pelouse, plate-bande de fleurs ornementales
plantes rupestres, etc), plus la valeur de la maison augmente,
- la présence d'une haie ou d'un mur paysagé augmente la valeur de la propriété d'environ 4%,
- la présence d'une terrasse ou d'un patio paysagé augmente la valeur de la propriété de l'ordre de 12,4%,
- des abords de propriété paysagers peuvent aussi être un facteur de hausse des prix de vente pouvant atteindre 4,4%,
- une augmentation de 7,7% du prix de vente d'une maison peut être atteinte dans le cas de tout type d'aménagements du jardin et avec la présence d'une haie.

Pour lire la suite, TELECHARGEZ L'ARTICLE EN PDF

Mathilde Anderson
Recherche documentaire
"Le cercle vertueux du jardinage"
SNHF 2008

acheter les actes du colloque Quand les plantes se parlent