Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Agapanthus 'Blue Heaven' (La plante du mois)

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 à 11 ans

La naturalisation urbaine au Canada

Photo d'un terrain en friche en villeLe résumé est basé entièrement sur le rapport d’Evergreen. La recherche sur la naturalisation urbaine examine les relations avec le milieu local et global, avec la santé individuelle (physique et mentale) et communautaire et avec les décisions d’ordre économique prises par les entreprises des secteur publics et privés. La naturalisation urbaine profite à l’environnement, à la biodiversité, aux individus, à la communauté, à la valeur de la propriété, aux recettes de la municipalité ...

Les avantages de l’écologisation communautaire, qui est une composante essentielle de la naturalisation urbaine (pour obtenir les bienfaits mentionnés ci-dessus), sont d’une grande portée, mais leur degré de réalisation repose sur plusieurs considérations importantes. Au chapitre de la santé et du mieux-être social, les avantages attribués à l’écologisation communautaire se concrétiseront uniquement si le processus de planification et d’exécution d’un projet est ouvert à tous les membres de la communauté.

Un projet tel que celui-ci doit être en harmonie avec les attentes, les besoins et les intérêts de la communauté. En outre, ce concept de naturalisation des villes répond à l’évident besoin de rapprocher la nature et la ville, comme l’affirment A. D. Kendle et C. R. E. Rohde (1995) : « Pour tirer véritablement avantage de la nature dans les régions urbaines, la dichotomie existant entre la ville et la campagne doit être rompue. La nature doit être reconnue comme  partie intégrante du tissu de la vie urbaine et ce qui est tout aussi important, la vie humaine doit accepter de faire partie de la nature. » Les avantages de la nature urbaine : l’augmentation de la biodiversité, la réduction des toxines et des substances toxiques, l’absorption de gaz carbonique, l’amélioration de la qualité de l’air, l’amélioration de la qualité de l’eau, la conscience écologique, la création d’une identité communautaire solide et bienfaitrice, la réduction des actes criminels et de violence, la création d’activités récréatives, la santé physique, psychologique et mentale ...

De plus, la naturalisation a des retombées sur les budgets municipaux et la valeur foncière des immeubles résidentiels et commerciaux. Il s’agit d’un concept qui intègre la gestion de l’eau et de l’air, l’entretien des parcs, la conservation de l’énergie, l’aspect financier (la valeur de la propriété, les avantages économiques des arbres ...), la naissance de la conscience écologique, en plus de la volonté d’être en harmonie avec la communauté, ses exigences et ses besoins.

Un tel projet rencontre de nombreux obstacles pratiques et financiers, de la part des autorités et il ne peut se mettre en place sans concessions (il faut par exemple reconnaître qu’il peut être impossible d’optimiser simultanément les avantages sociaux, économiques et environnementaux). Des solutions existent et d’autres doivent être trouvées. La réussite d’un projet de naturalisation ne peut se faire que par le choix approprié de l’aménagement, du site et de la végétation et par une participation active à chaque étape du projet de la communauté.

Enfin, la naturalisation urbaine a l’ambition, non pas d’être un remède ni une solution en soi, mais de représenter une des pièces d’un casse-tête plus grand et sera d’autant plus crédible si des recherches scientifiques, notamment sur les projets déjà existants, approfondissaient la question.

Source : EVERGREEN, non daté. Le besoin d’une nature urbaine : un rapport de recherche.
Rapport d’Evergreen, 31 p. Disponible en ligne : http://www.evergreen.ca/.

Mathilde Anderson
Recherche documentaire
"Le cercle vertueux du jardinage"
SNHF 2008

acheter les actes du colloque Quand les plantes se parlent