Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Agapanthus 'Blue Heaven' (La plante du mois)

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 à 11 ans

Plantes et allergies

Les allergies, dont la prévalence augmente depuis plusieurs années, touchent actuellement environ un quart de la population, ce qui explique que cette notion soit familière à beaucoup.

Après un bref rappel sur les réactions allergiques nous nous intéresserons aux plantes en cause.

Les réactions allergiques

L’allergie est une réponse à un contact avec quelque chose d’a priori totalement inoffensif, comme les pollens, par exemple. Pourquoi réagit-on, parfois sévèrement, à quelque chose qui ne nous menace pas ? Le système immunitaire reconnaît en fait le soi et le non-soi ; l’allergie est une réponse immunitaire un peu particulière à du «non-soi».

En réponse aux antigènes (substance étrangère qui provoque une réaction immunitaire), le système immunitaire «normal» maintient l’intégrité de notre organisme par divers moyens :

Par des cellules : c’est l’immunité cellulaire (phagocytose, cytokines...) Par des sécrétions : c’est l’immunité humorale, faisant intervenir les anticorps. Le dysfonctionnement immunitaire qu’est l’allergie se calque sur ce schéma : On pourra avoir des allergies médiées par les cellules, le contact entre certaines molécules et la peau se soldant par une réaction inflammatoire particulière : les dermites de contact, en général causées par de petites molécules (haptènes) et qui surviennent avec un certain délai (en général 12 à 48h) après le contact. On parle de mécanisme retardé. A côté des allergies à médiation cellulaire, on peut avoir un autre type d’allergie, en réponse à des protéines, de mécanisme immédiat, par le biais d’anticorpsparticuliers, les anticorps allergiques qui sont des IgE (Immunoglobulines de type E). Ces IgE sont produites, comme les anticorps «normaux», en réponse à une protéine étrangère. La réaction antigène-anticorps, qui aboutit à l’élimination de la substance étrangère dans le cas d’une réponse non allergique, aboutit pour l’allergique, à une réaction inflammatoire tissulaire (peau, muqueuses) générant un certain nombre de symptômes. Plus la personne allergique est exposée, plus elle fabrique d’anticorps et plus elle réagit vite et violemment à chaque nouveau contact. Les tableaux cliniques correspondant à ce mécanisme incluent la rhinite, l’asthme, la conjonctivite et certaines urticaires.

TELECHARGER L'ARTICLE EN PDF

Portrait du Dr Hervé CouteauxDr Hervé Couteaux
Allergologue, Bordeaux
Colloque "Jardins, environnement et santé" 2009

acheter les actes du colloque Quand les plantes se parlent