Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF
http://www.

Agapanthus 'Blue Heaven' (La plante du mois)

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 à 11 ans

Plantes dangereuses

Nous aimons nous entourer de plantes, les cultiver, profiter de leur apport esthétique, acquérir telle ou telle ornementale, acheter telle "nouveauté" venant maintenant facilement de l'autre côté du globe, collectionner.....profiter de la flore sauvage lors d'une promenade ... et rapporter un pied à repiquer qui a séduit par son aspect. Parfois les plantes s'installent d'elles-mêmes au milieu de nos plantations : quelques petits coins plus touffus ou négligés, et les voilà installées, les oiseaux vont se charger de les propager si elles-mêmes ne sont pas parfois prolifiques. Cela fait bien du monde. Certaines présentent un risque. Tout végétal n'est pas comestible, tout n'est pas anodin en cas d'ingestion ou de contact. Voyons quelques notions sur ces risques. Excluons les plantes allergisantes ou responsables de dermatoses, sujet traité au cours de ce colloque par le Dr. Couteaux 

1. Il vaut mieux être informé du caractère inhabituel ou dangereux d'un minimum de plantes, bien qu'un peu de bon sens puisse nous aider. Pour simplifier très fort,  essayons de nous demander: pourquoi cela ne se mange-t-il pas habituellement?

Réponses possibles:

- c'est nouveau/inconnu (plantes nouvellement introduites).

- c'est un médiocre comestible ou malcommode à employer (ex: fruits des aubépines monogyne/laevigata, farineux, petits).

- des emplois alimentaires anciens ont été plus ou moins oubliés, allant de pair avec la concurrence de légumes productifs, améliorés, répondant aux goûts (ou à la pauvreté du goût). Les exemples sont nombreux de plantes remises "à la mode" en cuisine, faisant voisiner jeunes feuilles de bourrache et rosettes de bourse à pasteur. De ce point de vue, des spécialistes nous éclairent dans l'édition actuelle.

- c'est fade, farineux ou déplaisant : amer, astringent (Rosacées, Lamiacées, Astéracées), âcre (Renonculacées), piquant (Brassicacées, Alliacées). 

- la plante n'est consommable que très jeune, ou prétraitée à l'eau chaude : coutumes locales de consommation de plantes agressives sauf aux stades précoces : Tamier...

c'est connu comme dangereux: en vedette, la digitale…

2. Les franchement dangereuses : il y a des "familles à risque", car riches en espèces à actifs toxiques, (éventuellement médicamenteux). De ce point de vue, dans le domaine ornemental, il vaudrait mieux par principe être très méfiant vis à vis de toute nouvelle plante introduite qui sera proposée et ressemblera à une Aracée (genres : Arum etc...), à une Euphorbiacée (Ricin, Euphorbes...), ainsi qu'à des Liliacées (Vérâtre, Colchique, Gloriosa, Urginea..), des Solanacées (Belladone, Datura, Solanum, Nicotiana..). Les Renonculacées ont quelques genres très dangereux aussi (Aconitum, Delphinium, Helleborus, Ranunculus...). N'oublions pas les Thyméléacées, Anacardiacées, mais il faut arrêter là.

3. Un facteur est la perte d'habitude liée au mode de vie actuel. Un environnement pur béton, des plantes apprêtées et civilisées sous cellophane, des fruits en barquettes (quand on les a vus autrement qu'en gelée) peuvent-ils expliquer un certain nombre de méprises qui nous paraîssent étonnantes : baies rouges, légumes-racines, feuilles d'Apiacées.

TELECHARGER L'ARTICLE EN PDF

Portrait d'Hervé TrotinFrancis Trotin
Université de Lille
Colloque "Jardins, environnement et santé" 2009

acheter les actes du colloque Quand les plantes se parlent