Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Agapanthus 'Blue Heaven' (La plante du mois)

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 à 11 ans

Plantes invasives et diversification horticole

Robinier faux acacia (C.Secq)La France est, selon la littérature, le pays européen possédant le plus d'espèces naturalisées : soit 440 espèces (ou selon des données plus récentes 479 espèces), ce qui représente 9.4 % de la flore du territoire.

Les motivations relatives à l'échange de plantes ont évolué au fil des siècles répondant au départ à des besoins essentiellement alimentaires ou médicaux puis liés à l'horticulture ornementale à partir des XVIIIème et XIXème siècles. Ce dernier domaine d'activité constitue aujourd'hui une des filières majeures d'introduction de plantes potentiellement envahissantes.

En France, le Conservatoire Botanique National Méditerranéen de Porquerolles (CBNMP) estime que 75 % des espèces invasives ont été introduites à des fins de culture.

Par l'ampleur de leur dissémination, les plantes envahissantes peuvent modifier profondément des écosystèmes et représenter un impact économique non négligeable.

La diversification horticole est un élément essentiel à la dynamique du marché de l'horticulture et également une source d'introduction de nouveautés végétales dont l'impact écologique à venir est souvent difficile à évaluer.

De plus, les qualités attendues d'un végétal, pour le milieu horticole, sont très apparentées aux caractéristiques de certaines plantes invasives (croissance rapide, maturité précoce, production élevée de semences, propagation végétative...). Même s'il n'existe pas de profil unique d'une plante envahissante, l'expression d'un ou de plusieurs de ces critères peut être indicateur d'un potentiel invasif.

La prévention est reconnue comme la politique la plus efficace afin de limiter l'introduction et la commercialisation de plantes envahissantes tout en tenant compte des contraintes économiques.

L'impact environnemental des plantes envahissantes est visible dans la modification profonde du fonctionnement des écosystèmes (au niveau des cycles biogéochimiques ou hydrobiologiques, de l'inammabilité), la modification de la composition floristique d'une communauté végétale, les modifications génétiques (introgression, hybridation), ou l'introduction de nouvelles maladies. A l'impact écologique s'ajoutent les pertes économiques liées aux plantes envahissantes : aux Etats-Unis, le coût du contrôle seul de l'arbuste australien Melaleuca quinquenervia est de 3 à 6 millions de dollars par an.

TELECHARGER L'ARTICLE EN PDF

Cécile Bresch
INRA Sophia Antipolis
Isabelle  Mandon- Dalger
Conservatoire Botanique National Méditerranéen de Porquerolles

Colloque scientifique de la SNHF. Mai 2008

acheter les actes du colloque Quand les plantes se parlent