Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Agapanthus 'Blue Heaven' (La plante du mois)

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 à 11 ans

L'oïdium du groseillier à maquereaux (Ribes uva-crispa)

 Le groseillier à maquereaux (Ribes uva-crispa) est un vieil habitué des jardins. Ses baies ont d'abord été employées pour accomoder les maquereaux à la façon du verjus. Aujourd'hui, ce serait plutôt vers le consommation fraîche, en gelées ou en confitures que le consommateur se tournerait ! Les variétés actuelles, à gros fruits mûrissant en juillet et août, offrent une diversité de couleurs attirantes et justifient la présence de cette espèce en bonne place dans nos jardins. Si nous ajoutons que les pépiniéristes et jardineries nous proposent des variétés sans épines, nous pensons être comblés. Hélas, non ! malgré les sélections successives, annoncées à grands sons de trompette, il n'y a pas de groseillier à maquereaux qui résiste longtemps au terrible oïdium brun, cadeau empoisonné qui nous est venu d'Amérique vers 1913.

Le parasite se maintient sur la plante durant l'hiver et se développe dès le printemps avec une malheureuse prédilection pour les jeunes fruits qu'il recouvre bientôt entièrement d'un feutrage blanc virant au noir lorsque la baie se momifie. Aérer le sujet un l'isolant et éliminer les pousses contaminées par la taille n'est pas suffisant. Il n'existe pas de recette "bio".

Heureusement, les anti-oïdiums minéraux traditionnels à base de soufre sont efficaces, à condition de les appliquer d'une manière précoce.

Observez donc vos groseilliers de près et agissez vite.

Daniel Lejeune
ex-directeur de l'écologie et de l'environnement
de la ville de Bourges