Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF

Agapanthus 'Blue Heaven' (La plante du mois)

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 Ă  11 ans

Bien nourrir sol et plantes : les engrais

Le sol n’est pas un support de culture inerte. C’est un milieu vivant qu’il faut entretenir. Nourrir le sol, c’est nourrir les plantes.

1 . Les besoins des plantes

Pour se développer et fructifier, une plante a besoin d'eau, de lumière et d'éléments nutritifs. Elle fabrique sa matière organique à partir d'eau et de gaz carbonique (CO2) en exploitant l'énergie solaire : c'est le phénomène de la photosynthèse. Elle puise dans le sol les éléments minéraux et l'eau nécessaires à sa croissance.

Les principaux éléments nutritifs dont elle a besoin pour sa croissance sont l'azote, le phosphore et la potasse, désignés respectivement par leur symbole chimique : N, P, K.

Elle puise également des éléments secondaires en plus petites quantités (calcium, magnésium, fer, sodium, soufre...) et des oligo-éléments en très petites quantités (au total, plus de 28 éléments).

? L’azote (N) est l'engrais de la croissance : il participe au développement du feuillage et des parties aériennes des plantes. Si les plantes manquent d’azote, elles sont lentes à se développer, leur feuillage est vert clair ou jaunâtre.
? Le phosphore (P) stimule le développement des racines, la floraison et la fructification. Si les plantes manquent de phosphore, leur feuillage est foncé, rouge ou marqué de taches rouges, la floraison est peu abondante et la maturation des fruits est longue.
? Le potassium (K) est utile à la circulation de la sève et à l’assimilation des éléments nutritifs par les plantes. Il améliore leur résistance au gel, aux ravageurs et maladies, ainsi que la couleur et la qualité gustative des fruits.
Les végétaux prélèvent les éléments nutritifs du sol.

Il est donc nécessaire d'entretenir la fertilité du sol en reconstituant ses réserves par des apports de matières fertilisantes adaptés. Ces apports dépendant de la richesse du sol et des besoins des plantes.

L’analyse de votre sol par un laboratoire vous permettra de connaître sa teneur en N, P et K et de pouvoir corriger les carences éventuelles en apportant les compléments dont il a besoin.

Toutes les plantes n’ont pas les mêmes besoins. Certaines espèces sont plus gourmandes en éléments nutritifs que d'autres :

? cultures exigeantes en azote : gazon, graminées et bambous, arbustes, plantes vertes d'intérieur.
? cultures exigeantes en phosphore : principalement les espèces à fleurs et à fruits.
?cultures exigeantes en potasse : arbres fruitiers, arbustes à fleurs, fraisiers, rosiers, bulbes, légumes racines.

2 . Les matières fertilisantes

Les éléments nutritifs existent sous deux formes : organique ou minérale. La plante absorbe les éléments nutritifs dont elle a besoin sous leur forme minérale : c'est pourquoi les engrais commercialisés sous forme chimique sont directement assimilés, alors que les engrais organiques doivent passer par une phase de décomposition et de minéralisation avant d'être assimilables par les plantes.

Cela a deux conséquences :

? les apports sous forme organique permettent une mise à disposition progressive des éléments nutritifs à la plante et réduisent ainsi les risques de pollution par lessivage (à condition toutefois de ne pas surdoser les apports de matière organique liquide de type lisier !)
? pendant leur phase de décomposition par les bactéries du sol, les matières organiques « brutes » vont d'abord consommer de l'azote, avant de le restituer à la plante. C'est pourquoi il vaut mieux utiliser des apports de matière organique déjà décomposée (voir compost), pour éviter que la plante ne souffre d'une carence en azote pendant cette phase (appelée « faim d'azote »).

Les matières fertilisantes regroupent les amendements et les engrais, qui sont souvent confondus, bien qu’ils ne jouent pas le même rôle.

Photo d'étiquette d'engraisLES ENGRAIS
Les engrais permettent d'apporter les éléments nutritifs nécessaires aux plantes. Un manque ou un déséquilibre dans certains éléments se traduit par des symptômes de carence ou de blocage (la carence d'un élément bloque l'assimilation de certains autres).
Des feuilles décolorées, pâles, peuvent indiquer un manque d'azote. Les feuilles jaunes, aux nervures bien vertes, indiquent une carence en fer (chlorose).
On apporte généralement  les engrais de fond (phosphore et potasse) en automne lors du travail du sol et les engrais de croissance (azotés) au printemps.

Il existe trois catégories d'engrais : les engrais organiques, les engrais minéraux, et les engrais organo-minéraux.

Les engrais organiques

Les engrais organiques constituent la base de tout programme de fertilisation de fond, avant d'avoir recours aux engrais chimiques. Ils présentent deux avantages :
? ils libèrent les éléments nutritifs assimilables par la plante par minéralisation progressive, évitant ainsi les risques de lessivage.
? certains d’entre eux, d’origine végétale, contribuent à enrichir le sol en matières organiques, comme un amendement (engrais vert, compost, fumiers…)
Principaux engrais organiques : corne broyée, sang desséché, tourteau de ricin...

Le cas des engrais verts :

On appelle engrais vert une culture qui n'est pas destinée à être récoltée, mais enfouie dans le sol pour l'enrichir en matières organiques. Les espèces les plus utilisées sont les suivantes : phacélie, moutarde, vesce.... Les plantes sont semées, puis détruites mécaniquement ou par le gel, avant d'être incorporées au sol. Cette technique convient notamment aux grands potagers.

Les engrais minéraux

Ce sont des substances d'origine minérale, produites soit par l'industrie chimique, soit par l'exploitation de gisements naturels (phosphate, potasse). Ils apportent à la plante des éléments minéraux directement assimilables. Ils ont donc une action rapide. Les engrais minéraux simples apportent un seul élément : engrais azotés, phosphatés et potassiques.

La plupart des engrais minéraux de synthèse à destination du jardin sont des formules composées adaptées à certains types de culture (exemple : engrais spécial tomate, ou spécial rosier). Il y a aussi des « formules universelles », qui conviennent à une large gamme de plantes.

Avant d'utiliser un engrais minéral chimique, assurez-vous qu'il est homologué (norme NFU 42001 ou N° d'homologation), et vérifiez les teneurs garanties pour chaque élément fertilisant, exprimées en % du poids ou du volume de produit. Assurez-vous de respecter les doses recommandées pour éviter la fragilisation des plantes, les brûlures et bien sûr la pollution des eaux.

Engrais organique ou minéral? L'éco-jardinier donnera la priorité aux engrais organiques. Attention cependant à ne pas diaboliser les uns et au contraire, à sous-estimer l'impact environnemental des autres : il existe aujourd'hui des engrais minéraux chimiques « retard » dont l'enrobage permet une libération progressive de leurs éléments nutritifs. Ils contribuent à limiter les risques de lessivage, alors qu'un  surdosage d'engrais organique liquide, comme par exemple le lisier, pourra conduire à une pollution des eaux.

Tout est question de mesure : il faut éviter les surdosages au motif que «ça ne peut pas faire de mal», tout comme il serait utopique de s'attendre à de belles plantes sans aucun apport d'engrais, car il faut compenser leurs prélèvements pour ne pas appauvrir le sol.

Pour en savoir plus, CLIQUEZ ICI

CONSEIL : Comment lire une Ă©tiquette?
Sur la photo ci-dessus, la formule est présentée de la manière suivante: 6-4-8. Cela signifie 6% d'Azote 4% de phosphore et 8% de potasse.