Recherche

Apprenez à jardiner dans le respect de votre environnement, un site de la SNHF
http://www.

Agapanthus 'Blue Heaven' (La plante du mois)

Jardine avec Bottine et ses amis. de 3 à 11 ans

Désherber de façon raisonnable

Qu’est-ce qu’une mauvaise herbe ?

Le terme « mauvaise herbe » regroupe l’ensemble des végétaux qui poussent de manière spontanée là où ils ne sont pas désirés. C’est particulièrement le cas quand elles s’installent dans des planches de culture et concurrencent les cultures en place.

Vous avez-dit « mauvaises herbes » ? Pas si sûr…

Nous encourageons le jardinier à adapter son niveau d'exigence en fonction des zones de son jardin (les Services Espaces Verts des collectivités appellent cela de la "gestion différenciée): par exemple, maintenir les planches de cultures et le devant de la maison propres, mais tolérer quelques plantes spontanées dans les zones de pelouses ou d'allées. En effet, cette flore spontanée joue un rôle au jardin:

Techniques de désherbage

Privilégiez les méthodes de désherbage manuelles ou "douces", en n'utilisant les herbicides de synthèse (chimiques) qu'en dernier recours, et de manière localisée.

Il existe plusieurs méthodes « douces » de désherbage : 
? Le désherbage manuel : il s’agit ici d’enlever les « mauvaises herbes », à la main à l’aide d'une binette, d'un sarcloir ou d'une houe. C'est évidemment la manière la plus écologique de désherber !
Cas particulier du liseron : ne l'arrachez pas, sous peine de le voir se multiplier rapidement. À notre connaissance, la seule solution efficace est le traitement chimique localisé. Ex : bombe aérosol déposant une mousse sur les feuilles.

? Le paillage du sol : c’est un moyen préventif contre les mauvaises herbes. En occupant toutes les surfaces de terrain disponibles, il limite considérablement leur développement (voir page 21 ).

? le désherbage thermique : on utilise un appareil généralement alimenté au gaz, dont la flamme provoque un choc thermique sur le feuillage des plantes indésirables. Il existe maintenant des modèles adaptés pour les particuliers. Cette technique élimine tout risque de pollution chimique, mais son bilan environnemental est cependant mitigé en raison de l'utilisation du gaz, ressource non renouvelable. Au plan de l'efficacité, il provoque parfois le réveil de dormance de graines qui entraîne de nouvelles interventions.

Exemples de prairies et allées plus naturelles

  • Prairie naturelle (C.Secq)
  • Jardin naturel (C.Secq)

Les herbicides chimiques ne doivent être utilisés qu’en dernier recours. Il existe des désherbants totaux, destinés à empêcher la levée ou à détruire toutes les plantes existantes, et des désherbants sélectifs, qui ne détruisent que certaines catégories de plantes.

Privilégiez les désherbants sélectifs, en choisissant un produit adapté à la plante indésirable. Vous pouvez amener quelques-unes de ces plantes pour identification chez votre producteur ou vendeur et vous faire conseiller.

Il est interdit de désherber chimiquement les abords de puits, caniveaux, fossés, où le produit va directement polluer les eaux. La zone non traitée ou ZNT est au minimum de 5 mètres. Pour les mêmes raisons, il est également déconseillé de désherber chimiquement les zones imperméables (ciment, terrasse, goudron...), surtout si elles sont en pente.

  • Puits à protéger (D.Bolhy)
  • Bassin à protéger (JP.Acquino)

La période d'utilisation au cours de l'année et le stade des plantes au moment du traitement ont une grande influence sur l'efficacité du désherbage: lisez les instructions et renseignez vous auprès de votre fournisseur.

Pour en savoir plus, CLIQUEZ ICI

acheter les actes du colloque Quand les plantes se parlent